Chronique de Charles Brochu Verrette | Classique : Mozart-Beethoven

Mon expérience lors du concert Classique : Mozart-Beethoven

Lorsque je suis arrivé au Centre culturel de l’UdeS, j’ai tout de suite été accueilli par Mme Zoé Achim, organisatrice du projet des jeunes chroniqueurs. Elle m’a présenté la violoniste solo de l’OSS (Orchestre symphonique de Sherbrooke) Mme Élaine Marcil. Je suis entré dans la salle Maurice-O’Bready et tous les musiciens étaient là. Chacun pratiquait individuellement les passages difficiles et même si c’était la cacophonie totale, j’avais quasiment l’impression qu’ils jouaient une vraie pièce tous ensemble! Lorsque le maestro Stéphane Laforest est entré sur scène, tout le monde s’est tu et on aurait même pu entendre une mouche voler. Ils ont commencé leur pratique générale. Tous les artistes suivaient parfaitement les indications de M. Laforest. Ils étaient tous vêtus soit d’un complet ou d’une robe noire. Dès que le chef d’orchestre baissait les bras, la salle devenait immédiatement aussi silencieuse qu’une bibliothèque! Les artistes étaient à la fois concentrés sur leur performance et sur les moindres indications de M. Laforest. Dans la première pièce, tous les violonistes avaient relativement les mêmes mouvements à faire. On aurait dit un champ de baguettes tournoyantes ici et là!

Lorsque le Concerto pour clarinette allait débuter, M. André Moisan est entré sur scène et il s’est rapidement infiltré dans le rythme de l’orchestre. Il avait probablement le meilleur talent musical que j’aie entendu de ma vie! On aurait dit Mozart lui-même! Pendant l’entracte, j’ai pu avoir une conversation avec M. Moisan! Il m’a parlé de son parcours musical et de comment il en est venu à ce qu’il est en ce moment. J’ai même eu une photo avec lui! Après l’entracte, tous les artistes s’étaient changés en civil! Même le maestro avait mis ses chaussures « Vans ».

Le soir venu, j’ai assisté au concert Classique : Mozart-Beethoven. Le résultat final était parfait. La première pièce était la Symphonie no 3 pour orchestre de chambre de Jacques Hétu, un artiste canadien! Elle était très ténébreuse, mineure. Ensuite, M. André Moisan est arrivé pour la deuxième pièce : le Concerto pour clarinette et orchestre en la majeur de Mozart. Cette pièce était beaucoup plus heureuse que la première. À la fin de la pièce, M. Moisan a donné des fleurs à Mme Élaine Marcil (pour détendre l’atmosphère) et il a joué des mini-pièces pour blaguer!  La troisième oeuvre était la Symphonie no 2 en ré majeur de Beethoven et elle pouvait passer de la pointe du bonheur au plus mineur possible!

À la fin du concert, lors du cocktail, j’ai eu l’immense honneur de converser avec M. Stéphane Laforest lui-même. Il m’a tout raconté sur sa vie de chef d’orchestre et je lui ai posé toutes les questions qui me tournaient en tête. J’ai eu une photo avec lui également!

C’était une expérience inoubliable que je souhaite à tous les autres jeunes passionnés de musique. Je tiens à remercier Mme Zoé Achim pour cette excellente idée et également mon école de musique, Pianissimo, pour m’avoir choisi pour expérimenter cette « aventure ».

Charles Brochu Verrette
Sixième année

Chronique de Juliette Provencher | Gala rock symphonique

Gala rock symphonique de l’OSS: un heureux mélange de styles

Depuis 1998, monsieur Stéphane Laforest est à la tête de l’Orchestre symphonique de Sherbrooke. Il s’est donné comme mission de rendre la musique classique accessible à tous en présentant des spectacles aux thèmes variés.

J’ai eu la chance d’assister au concert du 17 octobre passé: Gala rock symphonique. Avec une cinquantaine de musiciens sur scène, 3 chanteurs invités et un peu plus de 1000 spectateurs, le concert a été extraordinaire! En voici mes impressions.

Qu’est-ce que le Gala rock symphonique de L’OSS?
Un  concert dont le rock et la musique classique se rencontrent pour créer une ambiance attirante et accessible pour tous les amateurs de musique. Pendant toute la soirée, M. Laforest, ses musiciens et les trois chanteurs invités, Rick Hughes, Marc-André Fortin et Yvan Pedneault nous ont offert les plus grands succès rock en passant par Styx, Led Zeppelin, The Police, Bon Jovi et Queens. Ces artistes ont pu faire découvrir un autre talent de l’orchestre en mélangeant deux styles de musique complètement différents. D’entendre les instruments classiques de l’orchestre mélangés avec la batterie, la guitare électrique et les chants rock a été très impressionnant. De voir le chef d’orchestre, Stéphane Laforest, qui est aussi directeur artistique, diriger toutes ces mélodies était très spécial et touchant.

Je me suis également entretenue avec les chanteurs ainsi qu’avec M. Laforest. Rick Hughes, un chanteur reconnu dans le monde du rock, entre autres comme choriste d’Éric Lapointe. Très sympathique, il m’a permis de lui poser quelques questions sur sa musique, sur son début de carrière et sur le concert. Honoré de chanter avec l’OSS, Rick a pu rencontrer de nouvelles personnes et de nouveaux partenaires de chant, Marc-André Fortin et Yvan Pedneault, tous deux des chanteurs pop. Il m’a confié que sa chanson rock préférée est sans hésitation Stairway to heaven de Led Zeppelin, chanson qui était aussi la favorite de sa mère.

Marc-André Fortin, quant à lui, mène une carrière populaire depuis sa victoire à Star Académie en 2005. Il est aussi reconnu grâce à son premier succès, Tu m’aimes tu?, reprise de Richard Desjardins. Même si le rock n’est pas vraiment son style, il a su bien prendre sa place sur scène avec les autres musiciens. Les chansons qu’il a interprétées ont mis sa voix puissante en valeur, ce qui a fait un très beau mélange avec l’OSS et les deux autres chanteurs.

Yvan Pedneault, lui, m’a marquée par son interprétation de Roxane de The Police. Sa justesse et son chant impeccable m’ont charmée. Un privilège pour lui de chanter avec l’Orchestre symphonique de Sherbrooke, le gala se prête à son style de musique qui marie le pop et le rock. De plus, il a participé à plusieurs comédies et revues musicales qui l’ont fait voyager et cette expérience de scène était bien évidente.

Issu d’une famille de musiciens, Stéphane Laforest a développé très jeune une passion pour la musique classique mais surtout pour le jazz. Il a d’ailleurs eu son propre big band de 15 musiciens jazz qui se produisait dans des noces et des fêtes. Joueur de clarinette et de saxophone à la base, M. Laforest brille maintenant dans une carrière de chef d’orchestre et directeur artistique de l’OSS. Sympathique et blagueur, il ne colle pas à l’image du chef d’orchestre froid et sérieux. Son originalité a donc donné naissance à un concert inattendu. Je m’attendais à une atmosphère plutôt calme et sérieuse mais on se serait réellement cru dans un show rock. Quelle ambiance! Le public participait beaucoup, chantait, criait et a même demandé deux ou trois rappels à la fin du concert.

J’ai été très heureuse de participer à ce projet de jeune chroniqueur culturel organisé par L’OSS. Cette expérience m’a fait découvrir de nouvelles chansons et la personnalité des chanteurs et de M. Laforest.

Juliette Provencher, 12 ans

Chronique de Léo Palardy | Gala rock symphonique

 

Quand la musique classique rencontre les classiques du rock!

Le 17 octobre dernier, l`OSS a fait vibrer la salle du centre culturel de l’Université de Sherbrooke en offrant son tout premier concert de la série symphonique pop : Gala rock symphoniqueSur scène, le chef d’orchestre Stéphane Laforest a dirigé plus de 50 musiciens et trois interprètes invités pour faire revivre pas moins de dix-neuf des plus grands classiques rock des années 70 et 80.

Les voix de Rick Hughes, Yvan Pedneault et Marc-André Fortin se sont alternées pour livrer des chansons de Led Zeppelin, Queen, Bon Jovi, The Eagles, U2, Sting, Styx et Supertramp.

Et pour ajouter une touche classique au spectacle, Maestro Laforest a fait preuve d’audace en incluant une version revisitée de « L’été rock » de Antonio Vivaldi, qui s’est avéré être un des moments les plus forts du spectacle, souligné d’ailleurs par une chaleureuse ovation du public.

D’ailleurs, parlons-en du public qui était totalement conquis. À chacun des morceaux, les gens n’hésitaient pas à taper des mains, balancer les bras et même chanter à haute voix. Une soirée qui aura fait remonter à la surface de nombreux souvenirs.

Il ne faudrait pas non plus passer sous silence le côté comique du chef d’orchestre qui ajoute une touche colorée au spectacle. Il n’a pas manqué de faire quelque gags sur la légalisation du cannabis qui entrait en vigueur ce jour là, en plus de nous donner les résultats du match Canadiens contre Blues.

Rock VS classique

Ce n’est pas la première fois que Maestro Laforest explore l’univers rock. En effet, il a présenté plus de 450 spectacles dans ce registre musical et en a exploré presque toutes les facettes. Malgré tout, orchestrer tous ces arrangements reste toujours un beau défi pour lui.

« J’ai travaillé plus de 6 mois à adapter les pièces et à distribuer les notes à chacun des instruments. J’ai dû aussi intégrer les trois voix et des instruments rock à l’orchestre comme une guitare électrique, une batterie, etc. Mais je suis particulièrement fier du résultat et le trio se complait bien. »

Pourquoi avoir choisi ces chanteurs?

Pour M. Laforest, Rick Hughes est un rockeur dans l’âme et il savait qu’il serait un pilier pour le spectacle. D’ailleurs, son interprétation de « Stairway to heaven » de Led Zeppelin, a été un moment haut en émotion autant pour la foule que l’artiste lui-même. « Cette chanson est bien spéciale pour moi. C’était la favorite de ma mère et elle est devenue la mienne, à la suite du décès de ma maman l’an passé», avoue Rick, bien ému.

Pour sa part, Yvan Pedneault a été sélectionné pour son large registre vocal. Il avait fait ses preuves, entre autres, à la finale de La Voix en interprétant un incontournable de Queen. D’ailleurs, même les membres du groupe eux-mêmes avaient remarqué son talent et lui avaient offert un rôle dans une comédie musicale We will Rock you. Pour Yvan, chanter avec un orchestre était une expérience qu’il voulait réaliser avant de mourir et c’est maintenant chose faite.

Pour ce qui est de Marc-André Fortin, c’est sa grande polyvalence vocale qui lui a valu sa place au sein du spectacle. Celui qui a gagné la 3e édition de Star Académie a toujours démontré qu’il peut performer dans tous les styles. Marc-André s’est dit d’ailleurs très flatté d’avoir été invité à participer à ce gala POP, surtout que la musique classique l’a toujours intéressée, lui qui a étudié en chant classique au Cégep d’Alma. « C’est très intimidant de chanter accompagné par autant de gens. Je me pince d’avoir eu la chance d’avoir ce cadeau comme chanteur, » déclare M. Fortin, tout enthousiasmé.

Un spectacle haut en couleur qui aura touché et rejoint toutes les générations!

Longue vie au rock symphonique!

Par Léo Palardy, journaliste École du Sacré-Coeur, 10 ans.

 

 

 

Chronique d’Éléna Dostie | Musique slave : Dvorak

(crédit photo : Nadia Zheng)

Chronique d’Éléna Dostie | Musique slave : Dvorak

Le vendredi 28 septembre 2018, j’ai eu la chance d’assister à la générale en après-midi (en plus, j’ai manqué de l’école pour aller voir la générale Ha! Ha!) et au concert « Musique slave : Dvorak » de l’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS) le soir à la salle Maurice O’Bready. Ce n’était pas mapremière fois, car j’ai eu la chance d’aller voir d’autres concerts de l’OSS avec mon école.

Bon, maintenant, qu’est-ce que j’ai aimé du concert? J’ai beaucoup aimé les pièces, sauf celle après l’entracte, la Symphonie no8 en sol majeur de Dvorak, celle-là je l’ai peut-être moins aimée parce que j’étais fatiguée comme il était déjà dépassé 21 h et que je suis habituellement couchée à cette heure-là.  Je n’ai que 10 ans après tout! Sinon, j’ai beaucoup aimé les deux autres pièces : le Concerto pour timbales et orchestre de Paus et le Défilé des marionnettes de Maxime Goulet. En plus, j’ai eu la chance de parler avec le compositeur Maxime Goulet, le timbalier François Aubin et le chef d’orchestre, Stéphane Laforest.

J’ai adoré le défilé des marionnettes, car j’étais capable de m’imaginer les marionnettes et leur histoire pendant que l’orchestre et son chef jouaient. Le mouvement qui m’a plu le plus est « le loup », car je trouve que ce mouvement de la pièce était rapide et excitant. Saviez-vous que Maxime Goulet a composé cette pièce quand il était encore étudiant à l’Université? Il est vraiment très bon, n’est-ce pas?

J’ai apprécié Concerto pour timbales et orchestre de Paus, car je trouvais ça impressionnant comment le timbalier, François Aubin, faisait pour peser sur les pédales en même temps que de jouer différentes notes sur ses timbales et tout ça accompagné par l’orchestre.  C’était toute une chorégraphie!  François Aubin m’a dit qu’il devait être très concentré pour jouer, même si ça le stressait. Il m’a même avoué que dès qu’il a vu des timbales à 17 ans, il a su que ce serait son instrument.  Il a bien choisi, car il est vraiment très bon.

J’espère vous avoir donné le goût d’assister à un des concerts de l’OSS et je vous dis à bientôt pour ma chronique du concert de Noël.

Éléna Dostie, 10 ans.

OFFRE D’EMPLOI

L’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS), dirigé par M. Stéphane Laforest, est l’un des plus anciens orchestres symphoniques au Québec et l’un des meilleurs orchestres régionaux au pays. C’est aussi la plus importante propriété culturelle en Estrie et un partenaire culturel apprécié des organismes, des entreprises et des commissions scolaires.  Au fil des années, l’OSS s’est donné comme mission de rendre la musique classique accessible, de contribuer à la qualité de vie des citoyens et de participer aux grands événements culturels, sportifs et commémoratifs. Dans le but de faire vivre des événements artistiques inoubliables à notre auditoire et de poursuivre notre développement et rayonnement dans la communauté estrienne, l’OSS est activement à la recherche de candidat(e)s afin de combler le poste de :

Description de poste

Sous la responsabilité de la direction générale, la personne qui obtiendra ce poste devra répondre aux responsabilités suivantes:

  • Procéder rigoureusement à l’enregistrement des opérations comptables quotidiennement;
  • Assurer la facturation et l’encaissement des comptes clients;
  • Produire les rapports de taxes (TPS/TVQ);
  • Gérer les comptes fournisseurs et procéder aux paiements;
  • Faire les différentes conciliations: bancaires, cartes de crédit et comptes de dépenses;
  • Effectuer le cycle comptable complet;
  • Comprendre et maintenir les tableaux de bord de l’entreprise à jour;
  • Valider les heures de travail et procéder au traitement de la paie (4 employés);
  • Répondre avec ouverture à toute autre tâche connexe.

Compétences et aptitudes

  • Détenir une formation pertinente en comptabilité;
  • Connaître le cycle comptable complet;
  • Démontre une grande capacité à travailler rigoureusement;
  • Démontrer de bonnes connaissances des retenues à la source et des normes du travail;
  • Détenir de bonnes connaissances des logiciels SAGE et de la Suite Office.

Conditions

  • Poste contractuel
  • 8 h par semaine
  • Environnement stimulant

Si vous êtes intéressé par ce défi, veuillez faire parvenir votre lettre de motivation et curriculum vitae par courriel à M. Nicolas Bélanger, nicolasbelanger@ossherbrooke.com au plus tard le 28 août 2018.

Technicien(ne) comptable

Chroniqueuse : Sarah-Eve Desruisseaux

Sarah-Eve Desruisseaux

Âge : 17 ans
École : Le Salésien

Une réussite de plus pour l’OSS

Mercredi, 28 mars 2018

C’est avec brio que l’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS) et son maestro Stéphane Laforest ont su conquérir le cœur et les papilles gustatives des quelque 1400 spectateurs, samedi dernier. On nous a transportés dans trois des plus grands mouvements de la musique classique, soit l’univers de Ludwig van Beethoven, de Wolfgang Amadeus Mozart et de Joseph Haydn. Les exquises compositions de Maxime Goulet, jeune compositeur québécois de grande renommée, ont saupoudré le concert de fraicheur et nous ont fait explorer un tout nouveau lien avec la musique.

Avant même que le concert débute, pour nous préparer à la deuxième partie, la magie opérait. M. Louis Brouillette, PH. D. en musicologie, a fait une conférence concernant le lien entre la musicalité et le sens du goût. Ses connaissances nous ont permis d’apprécier plus amplement la musique unique du compositeur québécois. Ses œuvres symphoniques portant le nom de différents chocolats se mariaient bien avec leurs gâteries homologues.

Chocolat au caramel, c’était la décadence, l’aspect langoureux et la richesse. Les instruments nous envoûtaient et nous habitaient pour traduire cet aspect plus crémeux et enveloppant. Chocolat noir, l’intense amertume se traduisait par une musicalité plus rythmée qui effleurait un sentiment de séduction. Chocolat à la menthe, un vent de fraîcheur qu’on a pu entendre à la fin du mouvement de manière plutôt concrète. Pour conclure, chocolat au café, des saveurs brésiliennes exprimées dans un rythme de samba. Ces mouvements étaient accompagnés de chocolats et amplifiaient les saveurs comme les textures. Ce fut un moment de découverte mémorable. De plus, je dois avouer que le fait qu’un artiste québécois nous subjugue par ces notions peu communes m’a tout à fait séduite.

Pour ce qui est de la première partie maintenant, j’ai un seul mot : incroyable ! Mari Kodama nous a hypnotisé par sa dextérité impeccable et son sens du rythme. Frissonnements de plaisir, ainsi nous sentions que nous appartenions à la musique. Elle a fait don de son expertise pour participer aux mouvements de Mozart. En rappel, Mme Kodama nous a offert un petit joyau en nous jouant Für Elise de Ludwig van Beethoven. Sa générosité s’est traduite par son amour de la musique classique. Je considère que j’ai eu une chance énorme de pouvoir voir une des plus grandes de la musique classique sur la scène du Centre Culturel de Sherbrooke, endroit que je côtoie depuis que je suis toute petite.

Encore une fois, l’OSS a livré une performance incroyable, mention spéciale à la violoniste Abby Walsh qui personnifiait visiblement un amour profond pour ce qu’elle fait. J’ai été hypnotisée par sa concentration et son savoir faire. Ce fut une soirée remplie de talent et de découverte. La représentation de samedi assure un avenir très prometteur pour l’OSS qui ne cesse d’impressionner ses adeptes.

Offre d’emploi

Coordonnateur (trice) des opérations artistiques et des activités de financement

L’Orchestre symphonique de Sherbrooke (OSS), dirigé par M. Stéphane Laforest, est l’un des plus anciens orchestres symphoniques au Québec et l’un des meilleurs orchestres régionaux au pays. C’est aussi la plus importante propriété culturelle en Estrie et un partenaire culturel apprécié des organismes, des entreprises et des commissions scolaires. Au fil des années, l’OSS s’est donné comme mission de rendre la musique classique accessible, de contribuer à la qualité de vie des citoyens et de participer aux grands événements culturels, sportifs et commémoratifs.

Dans le but de faire vivre des événements artistiques inoubliables à notre auditoire et de poursuivre notre développement et rayonnement dans la communauté estrienne, l’OSS est activement à la recherche de candidat(e)s afin de combler le poste de :

Coordonnateur (trice) des opérations artistiques et des activités de financement

Les responsabilités

Sous la responsabilité du directeur général et en étroite collaboration avec le directeur artistique, le coordonnateur des opérations artistiques planifie, organise et coordonne les activités logistiques de l’ensemble des événements produits par l’OSS. Il conclut les ententes d’engagement des musiciens et des solistes, il coordonne la logistique et l’organisation technique de l’ensemble des événements. Il planifie, organise et coordonne la logistique des activités-bénéfices de l’organisme.

Il gère les ressources matérielles et humaines nécessaires au bon fonctionnement et à la réalisation des activités artistiques de l’orchestre. Il sélectionne, affecte et supervise le travail des bénévoles. Il cible et développe des produits et services de petits ensembles distinctifs et coordonne avec le directeur général et la directrice des communications sa mise en marché dans la communauté d’affaires, le réseau institutionnel et les particuliers.

Le profil recherché

Vous possédez une formation en musique et une expérience significative en planification, organisation et coordination d’événements culturels et de financement, idéalement dans le domaine des arts et de la musique.

Vous êtes créatif et vous savez faire preuve de flexibilité et collaborer aisément avec différents intervenants. En contrôle des plus minimes détails, vous être un spécialiste dans la synchronisation des ressources pour assurer le succès d’événements. Excellent communicateur, autant en français qu’en anglais, vous encadrez le déroulement des activités et trouvez des solutions aux changements de situation. Vous vous distinguez par votre polyvalence, dynamisme, minutie, initiative et autonomie. Sans oublier que la musique classique vous charme et vous inspire.

Date limite pour postuler : 6 avril 2018

L’emploi permanent de 30 heures semaine est situé à Sherbrooke et offre des conditions de travail concurrentielles au domaine des arts et de la culture. Si vous êtes intéressé par ce défi, veuillez faire parvenir votre lettre de motivation et curriculum vitae par courriel à M. Nicolas Bélanger, nicolasbelanger@ossherbrooke.com