Ravel & Debussy

Série Grands concerts BMO

Ravel & Debussy
Samedi 9 novembre 2019

20 h | salle Maurice O’Bready

Valérie Milot, harpe
Stéphane Laforest, direction Orchestre symphonique de Sherbrooke

Billets en ligne

L’Orchestre symphonique de Sherbrooke reçoit la très aimée harpiste Valérie Milot avec un programme français mettant en valeur les grandes œuvres de Debussy, Ravel et Satie dont Prélude à l’après-midi d’un faune, Clair de lune, Ma mère l’Oye, Gymnopédie II, etc.

Présentateurs du concert

Biographie

Valérie Milot est une musicienne à l’âme rebelle. Femme d’initiative et travailleuse acharnée, elle met la harpe de l’avant de manière inattendue. Valérie se dévoue avec la même passion à ses rôles de concertiste, productrice, professeure et maman.  Que ce soit dans la pure tradition de la musique classique ou par ses productions innovantes comme Orbis, un spectacle alliant musique et art numérique, Valérie sait rendre la musique accessible. Les huit albums qu’elle a enregistrés sous étiquette Analekta en sont d’ailleurs un exemple tangible; on l’y retrouve autant dans des concerti de Mozart et de Haendel avec Les Violons du Roy sous la direction de Bernard Labadie, que dans une transcription d’Electric Counterpoint pour guitare électrique de Steve Reich.  Soliste recherchée, Valérie cumule les concerts avec des orchestres prestigieux au Canada et à l’étranger. Dernièrement, Valérie a joué à une dizaine de reprises aux côtés de l’Orchestre métropolitain de Montréal et du chef Yannick Nézet-Séguin, entre autres, grâce à sa nomination de « Soliste en résidence » pour la saison 16-17. Elle a aussi réalisé une tournée avec Les Violons du Roy, ensemble avec qui elle a une collaboration privilégiée depuis le début de sa carrière, et le chef Mathieu Lussier.

La saison 2018-2019 marquera ses débuts comme soliste avec l’Orchestre symphonique de Montréal, sous la direction de Bernard Labadie.  Musicienne actuelle, Valérie s’est aussi forgé une solide réputation sur le web. Active sur les différents réseaux, elle se distingue par des performances comme son interprétation de Die Moldau de Bedrich Smetana qui a récolté plus d’un million de vues sur YouTube. Son adaptation de Discipline du groupe de rock progressif légendaire King Crimson à la harpe électrique Delta lui a aussi valu plusieurs éloges, dont celles de Robert Fripp, membre fondateur.

 Reconnue par ses pairs et par le public, de nombreux prix jalonnent son parcours. En 2008, Valérie obtient le Prix avec Grande Distinction au terme de ses études au Conservatoire avec celle qu’elle appelle sa mentor, Caroline Lizotte, et remporte le prestigieux Prix d’Europe. Elle est d’ailleurs la première harpiste en presque 100 ans à remporter cette bourse qui lui a permis d’étudier à New York auprès de Rita Costanzi. Plusieurs prix s’enchaînent par la suite : Révélation de l’année Radio-Canada, Prix d’interprétation au Concours International de harpe de la Cité des Arts de Paris, le prix Jeune Soliste des Radios Francophones Publiques, le prix Opus de la Découverte de l’année, le Prix des arts de la scène Louis-Philippe-Poisson de la Ville de Trois-Rivières, le Prix Trois-Rivières sans frontière pour son rayonnement à l’échelle nationale et internationale, le prix Création arts de la scène (pour Orbis) au gala Arts Excellence de Culture Mauricie, ainsi que plusieurs nominations au Gala de l’Adisq et aux Prix Opus.

Femme de cœur, elle s’implique socialement pour plusieurs causes caritatives, prend le temps de rencontrer des groupes d’enfants dans les écoles et a à cœur de transmettre son expérience par le biais de l’enseignement.  Professeure de harpe et de musique de chambre aux Conservatoires de Montréal
et de Trois-Rivières, Valérie apprécie cet échange privilégié avec ses élèves qu’elle place au cœur de ses priorités.  Née à Trois-Rivières dans une famille où résonnait la musique de Mozart dès sa tendre enfance, Valérie porte encore avec elle ce vibrant coup de foudre pour la harpe qui lui donna envie de l’adopter comme instrument à l’âge de 10 ans. Valérie joue aujourd’hui sur une des treize harpes « Apollonia » existant dans le monde, fabriquée par la manufacture italienne Salvi. Cet instrument à la richesse sonore d’une puissance exceptionnelle lui est gracieusement prêté par l’entreprise Canimex de Drummondville, propriété du mécène Roger Dubois.